Bonne Année chinoise, 丰年, Fēngnián



Tout le monde a entendu parler du Nouvel An chinois, avec ces défilés rouges et or, ces dragons, ces tigres et ces lions qui déambulent dans les rues, sans oublier les danses traditionnelles et folkloriques et bien sur les guirlandes de pétards.


Pour nous, occidentaux, on ne sait jamais quand ça va tomber !!

Le calendrier chinois étant un calendrier luni-solaire, la date du Nouvel An tombe toujours entre le 21 janvier et le 19 février, lors de la 2ème nouvelle lune après le solstice d’hiver ( 21 décembre ).


Le Nouvel An est célébré en Chine, bien sur, mais aussi à Hong Kong, Taiwan ainsi que dans certains pays asiatiques où l’influence de la culture chinoise est importante.


En occident, dans tous les quartiers chinois du monde entier, le Nouvel An est une grande fête célébrée par toutes les communautés chinoises immigrées.


Comme toutes cultures asiatiques ancestrales, le Nouvel An chinois a sa légende, ses croyances et ses traditions.


La légende de Nian



Nian est un animal maléfique à tête de lion et corps de taureau qui aurait selon la tradition donné le mot « année », - nian- signifiant « an » en chinois.

Sa date et son origine restent inconnues.


Dans les temps anciens, il existait un animal féroce qui, une fois par hiver, s’approchait des villages et dévorait les gens sur son passage.

Il ne venait qu’à la nuit tombée et disparaissait au lever du jour.

Les années passant, la population finit par connaitre ses faiblesses et savoir prédire le soir de sa venue.

La bête craignait la lumière, le bruit et la couleur rouge.


Alors, chaque hiver, à l’approche du soir fatidique, les villageois accrochaient des décorations rouges aux portes, ils barricadaient bêtes et gens à l’intérieur.

Et n’osant pas s’endormir, ils bavardaient en mangeant les nombreux plats qu’ils avaient préparé la veille en prévision de la fameuse nuit.


Lorsqu’ils entendaient Nian rôder près de leur maison, ils tapaient sur des casseroles pour le faire fuir.

Ainsi ils passaient la nuit sans aucun dommage.

Voyant les ravages que Nian faisait sur la Terre, le dieu stellaire Ziwei décida de descendre pour l’enchaîner et ainsi l’empêcher de dévorer ou de troubler les humains.


Ces coutumes ont été conservées la nuit du réveillon, avec les pétards, les feux de Bengale et les papiers rouge collés sur les portes des maisons.


Préparation du Nouvel An traditionnel


Une semaine avant, le grand nettoyage de la maison au complet est fait.

On fait des provisions pour toute la famille.

On achète des vêtements neufs.

Une cérémonie d’adieu au « Dieu du Foyer », dont l’effigie est collée dans la cuisine, a lieu.

D’après les croyances, il doit faire un long voyage pour rapporter les bonnes et mauvaises actions de la famille à l’Empereur de jade, qui régit les dieux.


Alors, pour obtenir son indulgence, on dépose des aliments, souvent des bonbons, devant son image en espérant l’empêcher de dire du mal, certains même collent le bonbon directement sur la bouche du portrait !


Le portrait est alors brûlé, et un nouveau sera affiché quelques jours plus tard, signifiant son retour.

On affiche un peu partout des souhaits écrits sur du papier rouge.

Et comme dans la légende, de chaque côté de la porte d’entrée, on colle une grande bande de papier rouge sur laquelle est écrit une ou deux phrases ou alors juste des mots, pour porter chance généralement.


Le soir du réveillon, toute la famille est réunie au domicile des ainés paternels.

Le dîner est copieux et comporte des plats symboliques pour assurer la santé, les études, la bonne fortune, la chance.

On offre des enveloppes rouges contenant de l’argent.

Les enfants sont autorisés à faire éclater des pétards et à brûler des feux de Bengale.


Une coutume ancienne veut qu’on aille se coucher le plus tard possible ce soir-là, car ce serait un gage de longévité !


Premier jour de l’année


Il est de tradition de se rendre au temple le plus tôt possible le matin.

On dit que plus la visite au temple est précoce, plus on aura de chance dans l’année.

Cette journée est consacrée aux visites à la famille, en commençant par les ainés.

Traditionnellement, le jour du Nouvel An, on doit porter des vêtements neufs. On ne fait pas de ménage !


Le dernier jour des festivités, le 15ème, est marqué par la fête des lanternes.

La population sort en famille pour une promenade à la tombée de la nuit, une lanterne en papier à la main.



Que l’on soit traditionnel ou pas, toutes ces fêtes nous permettent de voyager parfois, de nous cultiver toujours et de nous ouvrir aux autres surtout…. :)





Angie Sattà

Fondatrice de l'école de formation AngieYoga R-RYS200

Prof Hatha et Ashtanga Yoga certifiée R-RYT500

Fondatrice des màlas CMonMala

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout